Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Les deux principaux syndromes canalaires des membres supérieurs

Les deux principaux syndromes canalaires des membres supérieurs

Le 09 mai 2021
Les deux principaux  syndromes canalaires des membres supérieurs

Une compression nerveuse peut survenir lorsque la pression exercée sur un nerf sur son trajet est trop importante pour que le nerf fonctionne correctement. Il peut s’agir soit d’une compression aiguë (survient lors d’un effort important par exemple), soit d’une compression chronique, évoluant sur plusieurs mois ou plusieurs années.

La compression du nerf médian

Les principales zones de souffrance du nerf se situent :

  • Au niveau du bras : arcade de Struthers
  • Au niveau du coude, de la racine de l’avant bras : syndrome du rond pronateur
  • Au niveau du poignet : syndrome du canal carpien

Les symptômes seront :

  • Une faiblesse de la flexion distale des pouce, index et majeur
  • Une difficulté à réaliser une pronation de l’avant bras
  • Une tendance à lâcher les objets
  • Des douleurs de type brûlures au niveau du coude et du poignet

La compression du nerf ulnaire


C’est la compression la plus fréquente du membre supérieur.

Il chemine le long de la face médiale du bras, puis le long d’une saillie osseuse au niveau du coude avant de se terminer au niveau du canal de Guyon.

Les différentes causes de compression du nerf ulnaire : 

  • Un traumatisme
  • Une déformation osseuse
  • Des mouvements répétitifs
  • La cause peut également être inexpliquée

Les principales zones de souffrance du nerf se situent :

  • Au niveau de l'aisselle : dans le creux axillaire par béquillage
  • Au niveau du bras : arcade de Struthers
  • Au niveau du coude : gouttière épitrochléo-olécranienne
  • Au niveau de l'avant-bras : muscle fléchisseur ulnaire du carpe

Les symptômes seront :

  • Un engourdissement du quatrième et cinquième doigts
  • Des difficultés dans les mouvements fins de la main
  • Une atrophie de l’éminence hypothénar

L’examen clinique s’attachera à mesurer la force de prise (test de Jamar), ainsi que la mesure de la sensibilité épicritique (test de Weber).